« Tu trouveras plus dans les forêts que dans les livres.

Les arbres, les rochers t'enseigneront les choses qu'aucun maître ne te dira » Bernard de Clairvaux

Ecoute Les Fleurs, est un blog qui témoigne comment les artistes se mettent au diapason de la nature, comment chacun peut rester en silence ou chanter, s'émerveiller, contempler, s'inspirer, créer, recréer, toujours respecter, pas forcément étudier ou juste ce qu'il faut, ne pas agir mais protéger.

Chaque jour, écoute une fleur, elle te dira…

En voilà une bonne nouvelle pour nos jardins !

Autorisation de mise sur le marché du purin d’ortie publiée au Journal Officiel

Communiqué de Presse : l’arrêté du 18 avril 2011 autorisant la mise sur le marché du purin d’ortie en tant que préparation naturelle peu préoccupante à usage phytopharmaceutique vient d’être publié au Journal Officiel de la République Française.

Les préparations dites purins d’orties, obtenues à partir de feuilles fraîches ou séchées d’ortie et suivant la recette figurant dans l’arrêté, sont désormais autorisées à être mises sur le marché en tant que substance à usage phytopharmaceutique.

Toute personne souhaitant procéder à une mise sur le marché devra en faire la déclaration auprès de la direction générale de l’alimentation du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire.

Cette publication intervient suite au rapport du député Antoine HERTH sur le développement des méthodes de biocontrôle en agriculture (ensemble de méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels), pour lequel Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, a décidé la mise en oeuvre de douze mesures concrètes au cours des deux prochaines années destinées à favoriser la diffusion de produit et de techniques de biocontrôle permettant aux agriculteurs de disposer d’alternatives plus respectueuses de l’environnement et efficaces contre les ravageurs des cultures.



RECETTE DE FABRICATION ET CONDITIONS D’UTILISATION DU PURIN D’ORTIE

Fabrication et ingrédients
1. Faire macérer les feuilles d’orties (choisir des pousses jeunes et non montées en graines) dans de l’eau (eau de pluie ou de source de préférence) à raison de 1 kg pour 10 litres d’eau, sans aucun autre ajout. La fermentation peut être facilitée si l’ortie est préalablement hachée.
2. Brasser le mélange tous les jours.
3. Laisser macérer 3 à 4 jours à 18o C pour obtenir un effet insecticide et fongicide.
4. Filtrer la macération et diluer le filtrat dans environ 5 fois son volume d’eau (eau de pluie ou de source de préférence) dans un récipient fermé et identifié. S’assurer que le pH du purin obtenu sera de l’ordre de 6 à 6,5, gage d’une fabrication et d’une conservation dans de bonnes conditions.

Utilisations préconisées
1. Usage fongicide : notamment contre le mildiou.
2. Usage insecticide : principalement contre les pucerons, les acariens.
3. Activateur ou régulateur de croissance des végétaux.

Conditions d’emploi
Utilisation en traitement du sol ou en pulvérisation foliaire.
Le responsable de la mise sur le marché devra préciser les doses, les stades et les fréquences d’application.

Conservation
Le purin d’ortie peut se conserver au frais jusqu’à près d’un an (par exemple dans un garage ou au sous-sol) dans un récipient identifié (plastique, verre, éviter le métal), hermétiquement fermé pour éviter que la fermentation ne reparte.

Mesures de restriction ou prescription particulière
Eviter les applications sur les plantes en fleurs qui favorisent le développement foliaire au détriment de la floraison. Et pour les nez sensibles, attention : le purin d'ortie sent très, très, très mauvais...


Et pour finir, ou pour tout commencer, voici le lien vers une page spéciale consacrée au purin d'ortie, depuis le site Graines Bio : http://www.grainesbio.com/purin-ortie/

Association de malfaiteurs...

Et voilà, depuis des années la giroflée ne veut absolument pas m'obéir et elle s'évertue à pousser n'importe où, surtout malicieusement dans le chemin de gravier. Je l'ai repiquée plusieurs fois dans la terre, au soleil, avec les autres, ses copines du printemps... mais pas moyen, elle retourne toujours au milieu du chemin, s'épanouir dans le gravier. "Vraiment ça suffit" a-t-elle dit ! Alors, cette année, elle a fait appel à la grosse artillerie et a demandé renfort à un énorme chardon, avec des piquants de 4 centimètres, qui s'est collé tout contre elle. "Bien fait" a-t-elle dit ! "Comme ça, elle va se piquer." Et oui, c'est ce qui m'est arrivé, lors d'un moment de nettoyage intempestif et vaguement efficace du jardin... Alors j'ai ri ! La solidarité entre les plantes est une réalité incontournable, certaines venant spontanément à la rescousse de celles en perdition. Mes respects, Mesdames, j'aime l'ordre, mais là, c'est un ordre supérieur !